Conversation avec Marie Mullet-Abrassart, Présidente, Scouts et Guides de France

Dialogue
Organization
Values and Lifeskills
Volunteering
Portrait de World Scouting
by World Scouting from Malaysia
Publication date: 8. mar 2018
Creator: World Scouting

Kuala Lumpur - Marie Mullet-Abrassart a été élue Présidente des Scouts et Guides de France en juin dernier, elle est la plus jeune dirigeante de l'histoire de l'organisation, et la première femme à occuper le poste le plus élevé.

Le Scoutisme Français est déjà le principal Mouvement éducatif de jeunes en France, mais Marie Mullet-Abrassart est déterminé à élargir le taux d'adhésion et à toucher tous les membres de la communauté sans distinction de sexe, d'origine ethnique ou de religion.

Mullet

Diplômée en sciences politiques, Marie Mullet-Abrassart est scoute depuis l'âge de sept ans, elle a rejoint le conseil administratif des Scouts et Guides de France en 2012 à l'âge de 28 ans. Trois ans plus tard, elle a été élue vice-présidente.

Scout.org s'est entretenu avec Marie Mullet-Abrassart à l'occasion de la Journée internationale du droit des femmes.

Elle nous a parlé de ses projets pour le Mouvement, de combien elle est fière des nouvelles initiatives pour les jeunes dans les campagnes et les quartiers les plus pauvres de la ville, et a partagé certains de ses moments les plus mémorables au sein du Scoutisme.

1. Vous êtes la plus jeune adulte de l'histoire des dirigeants des Scout et Guides de France. Le journal " La Vie " a décrit votre élection comme une " petite révolution ". Comment décririez-vous cela, et que ressentez-vous entant que dirigeante du plus grand mouvement de la jeunesse de France ?

C'est une vraie fierté, une très belle et grande fierté ! Je ne sais pas si cette élection a été une petite révolution dans notre Mouvement, mais dans la mesure où nous sommes tant attachés à l'éducation des filles et des garçons, à la prise de responsabilité et à l'engagement, oui c'est une belle victoire personnelle de prendre cette responsabilité et de me mettre au service de cette association qui m'a énormément apporté !
Être une femme, être une jeune femme à ce niveau de responsabilités est sûrement la raison qui pourrait apporter un air de révolution à cette élection.

2. Vous avez dit précédemment (quand vous êtes devenue vice-présidente en 2015) que vous ne pensiez pas que l'organisation était vraiment prête pour une femme dirigeante. Qu'est ce qui a changé ?

Rien. Et tout. Je pense que, comme dans plusieurs domaines de notre société, on se dit que "bien sûr nous sommes prêts à avoir une jeune femme à notre tête". Mais en réalité comme pour ces mêmes autres domaines de notre société, il y a des freins naturels, une autocensure des femmes ou juste une manière de s'engager qui ne permet pas, dans une vie bien chargée, de prendre ce type de responsabilité. Sans doute aussi que nous ne sommes pas aussi prêts que nous le pensons, parce que nous n'avons jamais vraiment essayé. Tout est donc une question d'habitude et/ou de peur de l'inconnu.
Alors dans mon cas, en prenant mon temps, en avançant petit à petit, en démontrant mes capacités, et en semant de la confiance, j'ai rencontré de plus en plus de personnes qui ont cru en moi, et m'ont poussées à prendre en main mes ambitions.

3. A quel point est-ce important pour les filles et les jeunes femmes du Scoutisme de voir une femme au premier rang ?

Mullet

Parce que cela montre que ce que l'on vit dans le scoutisme, ce que l'on y apprend, est récompensé et mènera quelque part. Cela prouve aussi que la méthode éducative et sa confiance en la femme et en ce qu'elle peut donner, est justifiée !
Parce que j'ai moi aussi été cette petite fille qui a grandi petit à petit, pas plus extraordinaire qu'une autre petite fille, qui a fini par avoir l'énorme opportunité de devenir la responsable de l'une de la plus grande organisation scoute de France. Grâce à cela, les filles du Scoutisme gagneront confiance en elles en ayant la preuve que le Scoutisme est une porte ouverte à beaucoup de possibilités, n'est-ce pas ?

4. Le Scoutisme est partenaire de l'initiative HeForShe, et est aussi un champion de la diversité. Le thème de la Journée internationale de la femme de cette année est " L'heure est venue : les activistes rurales et urbaines transforment la vie des femmes ". Que faites-vous chez les Scouts français pour faire avancer ces objectifs ? Avez-vous des projets spéciaux ?

Des milliers de jeunes femmes prennent des responsabilités au sein des SGDF, et deviennent des leaders positives dans les milieux ruraux et urbains.
Cette semaine, j'ai rencontré Carine cheftaine en milieu rural. Carine aide 30 jeunes de 8 à 18 ans venant de 30 km aux alentours à grandir à travers le Scoutisme. Elle propose un Scoutisme sur mesure adapté à leurs différents besoins, et entre les weekends scouts, elle envoie des courriers postaux pour informer les adhérents n'ayant pas d'accès à internet. Carine est l'une des nombreuses femmes transformant la vie de ces jeunes grâce au Scoutisme.

5. Vous occupez votre poste depuis huit mois avec pour but d'étendre le mouvement aux zones rurales, aux petites villes et aux périphéries des villes. Parlez-nous de certaines des initiatives que vous avez mises en place et de celles qui vous intéressent le plus ?

Le week-end dernier, le Scoutisme Français menait des activités dans les quartiers nord de Marseille. J'ai reçu des messages, des photos me disant que nous avions raison de pousser la méthode scoute aux portes de ces jeunes qui ne la connaissent pas, que nous avions raison d'y croire et de s'en donner les moyens. Et c'est exactement ce que nous faisons : nous essayons de nous donner les moyens de diffuser le Scoutisme à travers différentes actions.
En 2018 nous lançons la dynamique "Brownsea". C'est à la fois une campagne de communication d'envergure pour recruter des chefs et des cheftaines, mais aussi des propositions spécifiques pour que dans chaque unité, quelques jeunes des périphéries soient accueillis en camp. Pour ces nouveaux adhérents, le Scoutisme démarre en participant au camp d'été !

Je suis heureuse de voir la dynamique de notre Mouvement, la volonté de travailler pour un Scoutisme de qualité, et aussi la conviction qu'être ouvert ne peut qu'être bénéfique. Les initiatives sont de plus en plus nombreuses, il y en a des petites, des moyennes, des plus visibles, mais peu importe, ce qui est chouette c'est que beaucoup de groupes et de territoires essayent de nouvelles choses, et travaillent sur de nouveaux partenariats.

L'été dernier sur le camp Nature et Environnement nommé "surveillance de feux de forêts" nous avons accueillis des nouveaux chefs étant réfugiés syriens, un camp louveteaux pour des enfants roms de bidonvilles a été monté, et beaucoup de nouveaux groupes de ce type s'ouvrent.
Je suis ravie de voir certains de mes amis se lancer dans des aventures humaines incroyables, je suis fière que tous ces adultes permettent de faire vivre et d'accueillir la diversité. Grâce à eux, la question n'est maintenant plus "Pourquoi devrions-nous nous mélanger ?" mais "Comment pouvons-nous les accueillir correctement ?", et ça c'est un sacré pas en avant !

Q6: 6. Vous avez rejoint les Scouts quand vous aviez sept ans. Nommez quelques-uns de vos moments les plus mémorables au sein de l'organisation (une histoire drôle serait bien) !

Mullet

Il y en a beaucoup !
Quand je faisais du chewing-gum en broyant des épis de blé et en y ajoutant du sirop de menthe en camp louveteaux, quand nous avions dormi sous une bâche qui s'est écroulée sous le poids de la pluie en camp itinérant scout, nous étions trempés, et nous avons fini dans une grange, quand j'ai perdu mes scouts étant cheftaine en plein jeu de piste, parce que je n'ai pas le sens de l'orientation, et un souvenir m'ayant particulièrement marqué, mon travail pour CitéCap. J'ai travaillé 18 mois avec mon équipe nationale pour organiser le rassemblement "Citécap", et je me souviens très exactement de ce que mes amis et moi-même avons ressenti au moment où les pionniers caravelles sont entrés dans le fort pour la 1ère veillée : un bonheur immense, l'aboutissement et l'accomplissement d'un long travail, mais aussi le commencement de ce pour quoi nous avions travaillé si dur.

7. Enfin, que diriez-vous à une jeune fille qui pense rejoindre les Scouts aujourd'hui ? Comment cela peut-il l'aider ?

"Wahouuuuuuuuuu!!!"

C'est grandir avec d'autre filles et d'autres garçons, et grandir la tête haute en apprenant et en respectant l'altérité ! C'est prendre confiance en soi et avoir confiance en ses camarades, c'est se construire sous le regard de ses chefs et cheftaines ! et c'est rêver, et voir qu'on peut réaliser ses rêves ! C'est aussi une aventure de vie incroyable, où l'on peut rencontrer des amis qui deviennent nos rocs, notre équipe à vie...

You should not see this

Commentaires

Are you sure you want to delete this?
Welcome to Scout.org! We use cookies on this website to enhance your experience.To learn more about our Cookies Policy go here!
By continuing to use our website, you are giving us your consent to use cookies.